2.5. Notes d'installation spécifiques aux systèmes d'exploitation

Plusieurs aspects de l'installation de Bugzilla peuvent être affectés par le système d'exploitation que vous avez choisi. C'est parfois plus facile et d'autres fois plus difficile. Cette section tentera de vous aider à commprendre les difficultés de fonctionnement sur des systèmes d'exploitation spécifiques et les utilitaires disponibles pour que ce soit plus facile.

Si vous avez quelque chose à ajouter ou des notes pour un système d'exploitation non couvert par cette documentation, veuillez rapporter un bogue sur Documentation Bugzilla.

2.5.1. Microsoft Windows

Faire fonctionner Bugzilla sur Windows est plus difficile que sur Unix. Pour cette raison, nous vous recommandons encore de le faire sur un systèmecompatible Unix tel que GNU/Linux. Ceci dit, si vous voulez vraiment faire fonctionner Bugzilla sur Windows, vous devrez faire les ajustements suivants. Un guide d'installation pour Windows étape par étape est également disponible si vous avez besoin de plus d'aide pour votre installation.

2.5.1.1. Win32 Perl

Perl pour Windows peut être obtenu sur ActiveState. Vous devriez pouvoir trouver un binaire compilé sur http://aspn.activestate.com/ASPN/Downloads/ActivePerl/. Les intructions suivantes supposent que vous utilisez une version 5.8.1 de ActiveState.

Note

Ces instructions sont pour des versions 32-bits de Windows. Si vous utilisez une version 64-bits de Windows, vous aurez besoin d'installer Perl 32-bits pour installer les modules 32-bit comme décrit ci-dessous.

2.5.1.2. Modules Perl sur Win32

Bugzilla sur Windows nécessite les mêmes modules Perl que sur Section 2.1.5. La différence principale est que Windows utilise PPM au lieu de « CPAN ». ActiveState fournit une interface graphique pour gérer les modules Perl. Nous vous recommandons fortement de l'utiliser. Si vous préférez utiliser ppm en ligne de commande, saisissez :


C:\perl> ppm install <nom_du_module>
        

Note

Le référentiel PPM stocke les modules en « paquets » qui peuvent avoir un nom légèrement différent de celui du module. Si vous récupérez les modules d'ici, vous devrez prêter attention aux informations fournies lorsque vous exécutez checksetup.pl car il vous dira quel paquet vous aurez besoin d'installer.

Astuce

Si vous êtes derrière un pare-feu, vous devrez indiquer à l'utilitaire ActiveState PPM comment le passer pour accéder aux référentiels en définissant la variable d'environnement « HTTP_proxy ». Pour plus d'informations sur la définition de cette variable, consultez la documentation de ActiveState.

2.5.1.3. Servir les pages Web

Comme c'est le cas pour les systèmes compatibles Unix, tout serveur Web doit être capable de faire fonctionner Bugzilla ; cependant, l'équipe de Bugzilla recommande l'utilisation d'Apache quand on lui demande. Peu importe le serveur Web que vous avez choisi, assurez-vous de lire les recommandations de sécurité dans Section 4.2.1. Vous pourrez trouver des informations sur la configurations de serveurs Web spécifiques dans Section 2.2.4.

Note

Le serveur Web cherche /usr/bin/perl pour invoquer Perl. Si vous utilisez Apache sur Windows, vous pouvez définir la directive ScriptInterpreterSource pour qu'Apache regarde au bon endroit. Insérez la ligne
ScriptInterpreterSource Registry-Strict
dans votre fichier httpd.conf et créez la clé de registre
HKEY_CLASSES_ROOT\.cgi\Shell\ExecCGI\Command
avec la valeur C:\Perl\bin\perl.exe -T (adaptez le chemin si nécessaire). Quand ceci est fait, redémarrez Apache.

2.5.1.4. Envoyer des courriels

Pour permettre à Bugzilla d'envoyer des courriels sur Windows, le serveur sur lequel s'exécute le code de Bugzilla doit pouvoir se connecter à un serveur SMTP ou être un serveur SMTP lui-même.

2.5.2. Mac OS X

Faire fonctionner Bugzilla sur Mac OS X nécessite les ajustements suivants.

2.5.2.1. Sendmail

Sur Mac OS X 10.3 et supérieur, Postfix est utilisé en tant que serveur de courriels intégré. Postfix fournit un exécutable qui imite suffisamment sendmail pour tromper Bugzilla, tant que Bugzilla peut le trouver. Bugzilla est capable de trouver le faux exécutable sendmail sans assistance.

2.5.2.2. Bibliothèques et modules Perl Modules pour Mac OS X

Apple ne fournit pas la bibliothèque GD avec Mac OS X. Bugzilla en a besoin pour les graphiques de bogues.

Vous pouvez utiliser MacPorts (http://www.macports.org/) ou Fink (http://sourceforge.net/projects/fink/), qui sont de nature semblable à l'installeur CPAN, mais installent les utilitaires GNU courants.

Suivez les instructions pour paramétrer MacPorts ou Fink. Une fois installée, vous voudrez utiliser une de ces applications pour installer le paquet gd2.

Fink vous demandera d'installer un certain nombre de dépendances, saisissez « y » et appuyez sur la touche « Entrée » pour installer toutes les dépendances puis vérifiez que cela fonctionne. vous serez alors en mesure d'utiliser CPAN pour installer le module Perl GD.

Note

Pour emêcher la création de conflits avec les logiciels installés par défaut par Apple, Fink crée sa propre arborescence de répertoires dans /sw où il installe la plupart des logiciels qu'il installe. Ceci signifie que les bibliothèques et en-têtes se trouveront dans /sw/lib et /sw/include au lieu de /usr/lib et /usr/include. Quand le script du module de configuration Perl demande où se trouve votre fichier libgd, assurez-vous d'indiquer /sw/lib.

expat est aussi disponible via MacPorts ou Fink. Après avoir installé le paquet « expat », vous pourrez installer le module « XML::Parser » en utilisant CPAN. Si vous utilisez Fink, il faut faire attention. Contrairement aux versions récentes du module GD, XML::Parser ne demande pas l'emplacement des bibliothèques requises. Lors de l'utilisation de CPAN, vous devrez utiliser la séquence de commandes suivante :


# perl -MCPAN -e'look XML::Parser'        (1)
# perl Makefile.PL EXPATLIBPATH=/sw/lib EXPATINCPATH=/sw/include
# make; make test; make install           (2)
# exit                                    (3)
        
(1)(3)
La commande look téléchargera le module et engendrera un nouveau shell avec les fichiers extraits dans le répertoire courant. La commande exit vous renverra dans le shell d'origine.
(2)
Vous devrez surveiller la sortie de ces commandes make, et particulièrement « make test » car des erreurs peuvent empêcher XML::Parser de fonctionner correctement avec Bugzilla.

2.5.3. Distributions Linux

Beaucoup de distributions Linux incluent Bugzilla et ses dépendances dans leur système de gestion de paquets natif. Installer Bugzilla avec un accès « root » sur tout système Linux devrait être aussi facile que de trouver le paquet Bugzilla dans l'application de gestion de paquet et de l'installer en utilisant la syntaxe de commande normale. Plusieurs distributions réalisent automatiquement la configuration correcte du serveur Web lors de l'installation.

Veuillez consulter la documentation de votre distribution Linux pour des instructions sur la façon d'installer les paquets, ou pour des instructions spécifiques pour installer Bugzilla avec les outils de gestion de paquets natifs. Il existe également la page wiki de Bugzilla pour des notes d'installation spécifiques à certaines distributions.